Les États Stationnaires (LP​-​12") 2015 OUT NOW

by A LA DERIVE

/
  • Streaming + Download

     

1.
2.
3.
4.
5.
05:45
6.
02:45
7.

about

Enregistré par Stéphane Elkine (2014) entre Tarbes et Toulouse.

Dessin de Denis (denis.pere@gmail.com)

WEBSITE : a--la--derive.blogspot.com

credits

released July 12, 2015

tags

license

all rights reserved

about

A LA DERIVE Toulouse, France

LOOK AT OUR WEBSITE !

a--la--derive.blogspot.com

contact / help

Contact A LA DERIVE

Streaming and
Download help

Track Name: Tensions collectives
TENSIONS COLLECTIVES.
De stratégies en réunions, enfoncer le clou et reprendre les négociations.
Un jeu d'échec, des cordes tirées, un compromis qui pousse à abandonner.
Comme sur un ring.
Encaisse les coups adverses.
Jamais jeter l'éponge.
Eviter le K.O. !
Ménager les pour et flatter les contres.
Huit heures dans un carré, se transformer en ombre.
Copie cachée, rassembler ses troupes.
Des heures de cerveau.
8 heures par jour c'est certainement pas la vie rêvée.
Mais ce compromis si on choisit de s'en accommoder ne reste qu'un compromis et ne doit pas masquer notre vérité.
« Steal/take back what's fucking yours/Today is payday » (Gasmask Terrör).
Track Name: Beaux discours
BEAUX DISCOURS.
Puisque les toits laissent passer les gouttes.
De cerveaux en ruines, de cerveaux en ruines.
Rien ne dissipe l'invisible main.
De cerveaux en ruines, de cerveaux en ruines.
Et toi et moi jusqu'à la banqueroute.
De cerveaux en ruines, de cerveaux en ruines.
Pages arrachées et clouées dans le front, moi jusqu'à saigner.
Une bille frappe la suivante.
Marcher dans le silence, juste un pas pour s'écouter ?
Toutes les bonnes fois sont flanquées en soute.
De cerveaux en ruines, de cerveaux en ruines.
Les décomptes de voix, les vraies fausses joutes.
De cerveaux en ruines, de cerveaux en ruines.
Et toi et moi hors de cette route.
De cerveaux en ruines, de cerveaux en ruines.
Les cristaux liquides ont remplacé les tubes cathodiques.
La mémoire passe par trois clics.
Nos cerveaux rétrécissent.
Les ruines envahissent notre quotidien.
La recherche en mercatique des mots fait toujours plus de victimes.
Le plasma a remplacé les cristaux liquides.
La mémoire passe par deux clics.
Nos cerveaux rétrécissent.
La mercatique fait toujours plus de victimes.
Track Name: Les briques les pavés
LES BRIQUES LES PAVES.
Explore les à côtés.
Emets des hypothèses.
Parcours les berges, observe et prononce tes propres mots.
Les briques, les pavés, toutes les demi-heures à l'arrêt, se laisser prendre, asphyxié.
N'être pas seul à se sentir las. Et bout de compte, y a quoi ?
Garder les yeux ouverts.
Sortir de sa connerie.
Questionner. Attendre pour répondre. Répondre.
Track Name: Les états stationnaires
LES ÉTATS STATIONNAIRES.
C'est dans l'urgence qu'ils se sont réveillés.
Et dans la brèche, ils ont sauté.
Comme une démence, les atomes ont agrippé des espoirs vains, oubliés.
Dans la défiance, les atomes ont attrapé ceux qui se résignaient.
La résistance traverse le mur du son, c'est de la physique, pas de la fiction.
Tous les atomes annoncent une révolution.
Agrippés au réacteur à la vitesse du son, ils ont défiés les lois de la gravité.
Debout les morts !
Un phénomène physique donnerait suffisamment d'élan à une horde écologiquement incontrôlable, vindicative, assoiffée de pacifisme, de justice sociale.
Track Name: L'archipel
L'ARCHIPEL.
Rien d'autre à balancer, juste quelques banalités.
Ce mât très bien planté dans des nappes super-dosées.
Un carré sous haute protection.
Les limites ne seront pas franchies.
Pas de place entre les lignes, n'être qu'un apatride.
Ces lignes au vent flottant.
C'est bien mieux le Jolly Roger.
Chacun chez soi, tous à sa place,
autour de toi, les murs, les bras, les bailleurs.
Les tours resteront à leur place.
Vos croix resteront à leur place.
Vos cercles resteront à leur place.
Nous ne resterons pas notre place.
Un morcellement toujours en marche ; un volcan s'éteint, une frontière s'éveille ; une barrière s'étend et flottent les drapeaux.
Track Name: Pas mort
PAS MORT.
Désormais les heures servent à contempler, les courbes de niveau mais seulement sur papier.
A peine posé déjà abimé.
La véritable angoisse c'est que ça sera pire demain.
A peine levé déjà épuisé.
Traverse le brouillard, t'es pas si lourd.
Mélange les syllabes, il te reste bien plus d'un tour.
C'est souvent dans les mauvais films qu'on fait les meilleurs constats.
Et c'est con à dire, mais son pire ennemi, c'est effectivement souvent soit même.
Track Name: Laissés pour contre
LAISSÉS POUR CONTRE.
En somme, le tranchant du glaive entaille toujours le même flanc.
Ceux qui savent lire peuvent toujours finir par s'arranger.
C'est sûrement les mêmes.
Consomme !
Les beaux discours des mêmes qui pratiquent un chalutage profond.
Ceux qui peuvent fuir partent maintenant : à temps pour retrouver, à temps pour une idée, à temps pour se retourner.
Comme une lame de fond.
Foncer, charger en rang, les luttes – ces états stationnaires – tournent en rond, cernées.
En face, c'est sûrement les mêmes.
Plafonds, faux plafonds, fonds plats, double-fonds, bas fonds, tréfonds.
Ce convoi de fonds, ce que l'on voit du fond.
Coup de sang, tout-à-coup, coup de frein, coups de poing, beau coup de poing, beaucoup de points.